Skip to content

minsitre Chagger visit le CIP

« rester en contact avec les organisations danS toute la région par des activités régulières et informatives. »

Date : Le 22 août 2016

Pour publication immédiate

Personne-ressource pour les médias : Ana Blouin, chef de l’élaboration des projets, [email protected] ou 705 269 1354

LA MINISTRE DE LA PETITE ENTREPRISE ET DU TOURISME VIENT ICI S’ASSURER QUE LE NORD DE L’ONTARIO EST EN PLEIN ESSOR 

TIMMINS (ONTARIO) : Le 10 août, Ana Blouin, chef de l’élaboration des projets du Centre d’innovation et de productivité (CIP), de même que NEOnet et des propriétaires d’entreprises régionales se sont rassemblés au centre d’entrepreneur du Northern College pour discuter de l’innovation et de l’entrepreneuriat dans le nord de l’Ontario avec l’honorable Bardish Chagger, ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme.

« Nous avons traversé le pays pour écouter les Canadiens et pour travailler avec eux », a expliqué la ministre. « Nous sommes ici pour nous assurer que le nord de l’Ontario est en plein essor. »

Cette brève visite à Timmins a compris une table ronde avec des propriétaires de petites entreprises et de grandes entreprises de l’ensemble de la région et s’est terminée par une visite guidée du collège qui s’est concentrée sur NEOnet, le CIP et le Creative Outlet.

À mesure que se déroulait la discussion de la table ronde, les propriétaires de certaines entreprises se sont mis d’accord pour dire qu’il y avait beaucoup de possibilités de croissance dans le nord de l’Ontario, mais qu’il y avait bon nombre de défis à relever avant d’en profiter. Au cours de la discussion, certaines questions ont été posées concernant la stabilité des fonds offerts aux entreprises nord-ontariennes et le montant alloué au Nord. La ministre a parlé à ce sujet en abordant la nouvelle approche de collaboration entre les organismes de développement régional qui se sont rassemblés en une seule division et qui se font part de leurs pratiques exemplaires les uns aux autres.

Une autre préoccupation qui a été soulevée, c’était le manque de ressources offertes aux entrepreneurs et aux entreprises en pleine maturité. « Nous avons un groupe de possibilités visant à aider les entreprises par l’entremise du Centre des entreprises, de la Corporation de développement économique de Timmins et du Centre de développement, mais ces programmes visent le démarrage d’entreprises et l’encouragement de l’entrepreneuriat chez les jeunes », a déclaré Fred Gibbons, président de la Corporation de développement économique de Timmins et président du Northern College. « Qu’offre-t-on aux propriétaires d’entreprises en pleine maturité qui veulent prendre de l’essor ainsi qu’à ceux qui ont plus de 29 ans? »

Un propriétaire d’entreprise a indiqué qu’il était d’accord au sujet de cette lacune lorsqu’il a expliqué que son entreprise « était en train de dépasser l’expérience de qui que ce soit à Timmins », tandis qu’un autre représentant d’entreprise a expliqué la difficulté à faire concurrence aux grandes entreprises des régions urbaines lorsque la technologie de son entreprise était désuète. Les participants à la table ronde se sont entendus pour dire que la technologie devrait être disponible à tous.

On peut affirmer sans trop se tromper que la plupart des préoccupations concernaient le manque de financement et de ressources, mais il y avait certains autres problèmes auxquels les compagnies faisaient face, dont la façon de régler les points de droit à l’échelle internationale par rapport aux exportations et à la protection de la propriété intellectuelle. Pour aborder cette préoccupation, Shereen Benzvy Miller, sous-ministre adjointe d’Innovation, Sciences et Développement économique Canada, a expliqué la nouvelle approche d’engagement qu’a adoptée l’Office de la propriété intellectuelle du Canada. « L’Office change ses techniques. Il communique activement avec les inventeurs pour s’assurer de protéger leur propriété intellectuelle. »

Une préoccupation sous-jacente tout au long de la discussion des divers sujets, c’était la formation, surtout pour les entrepreneurs. M. Gibbons a déclaré que la formation collégiale était stigmatisée, car on croit qu’elle a moins de valeur que la formation universitaire. La ministre s’est rappelé son expérience quant à cette opinion répandue. « Dans la région de Waterloo, d’où je suis, nous avions le même problème jusqu’à ce que nous cessions de les nommer séparément : le Canada offre des options d’enseignement postsecondaire de classe mondiale. »

Vers la fin de la discussion, on a consigné toutes les préoccupations et on a encouragé les participants à continuer. « L’objectif, c’est de trouver des solutions », a expliqué la sous-ministre. « Nous sommes ici pour vous écouter. C’est le seul moyen de joindre tout le monde. Bon nombre de nouveaux programmes sont le résultat de discussions comme celles d’aujourd’hui. Le programme d’innovation Construire au Canada n’en est qu’un exemple. »

Du centre d’entrepreneur, le nombre de participants a diminué tandis que le président du Northern College a dirigé tant la ministre que la sous-ministre à une réunion séparée avec des représentants de NEOnet, du CIP, de FedNor et du Creative Outlet, réunion qui se concentrait sur l’innovation dans le Nord. « La conversation ne prend pas fin aujourd’hui », a signalé la ministre à la fin de la journée. « Nous faisons tous face à des défis semblables. Nous avons beaucoup plus en commun que nous avons de différences. »

Le CIP fait partie du Réseau ontarien des entrepreneurs (ROE) et il est subventionné par FedNor, la SGFPNO, La Corporation de développement économique de Timmins, NEOnet et d’autres partenaires. Pour obtenir plus de renseignements sur le Centre d’innovation et de productivité (CIP) et sur ses initiatives, veuillez communiquer avec Ana Blouin, chef de l’élaboration des projets, à l’adresse [email protected] ou au 705 269-1354.

-30-

picbilingual    fednor

roe                                nohfc